La toiture est un élément indispensable de la toiture : un closoir de faitage est un élément primordial pour assurer sa protection et sa bonne ventilation. Retrouvez toutes les informations sur cet élément de couverture dans cet article, ainsi que son mode de pose et tous les conseils pratiques pour bien assurer vos travaux.

 

 

Le closoir de faîtage : conseils de choix et mise en œuvre.

 

 

L’importance de la ventilation de votre toiture


La toiture tient un rôle clé dans le bien être des habitants d’une maison. Elle est en charge de réduire les déperditions de chaleur, de permettre la bonne ventilation du bâtiment et d’être imperméable à l’eau tout en protégeant les habitants des éléments extérieurs. Assurer une bonne ventilation à la toiture est primordial pour la durabilité et l’optimisation des éléments d’une toiture comme la charpente, l’isolant, le matériau de couverture, etc.

Bien équiper sa toiture avec les bons produits de ventilation permet d’éviter les désagréments comme une déformation des bois de construction, une mauvaise isolation de l’intérieur ou un verdissement du matériau de couverture.

Afin de bien ventiler sa toiture, il faut créer une entrée d’air en partie basse et une sortie en partie haute : la ventilation se fait de bas en haut par un phénomène de convection. Cette pratique permet de créer une circulation régulière et un bon équilibre thermique sous toute la sous-face du matériau de couverture.

 

 

closoir faitage

faitage closoir

 

 

Le closoir, qu’est ce que c’est ?

 

Elément indispensable pour la ventilation en partie haute de votre toiture, le closoir de faitage se présente généralement sous la forme d’un rouleau. Il est composé d’un corps de non tissé et de bavettes plissées avec un cordon auto-adhésif.

Sa fonction primaire et d’assurer la ventilation de la partie haute de la toiture mais il la protège également contre les agressions et infiltrations telles que les remontées d’eau, les petits animaux, la neige, etc. Il s’adapte généralement à tous types de tuiles et se dispose sur la ligne de faitage de la toiture et sur les arêtiers.

Retrouvez tous les closoirs proposés par Distriartisan en cliquant ici.

 

 

Les étapes de pose d’un closoir de faîtage

 

Pose des closoirs en faîtage 

  • Veiller à ce que le matériau de couverture soit propre et sec, le nettoyer le cas échéant.
  • Positionner une faîtière sur chaque extrémité de la lisse de rehausse, puis battre un trait qui servira de repère pour éviter le débord des bavettes. 
  • La pose débute par la fixation mécanique (agrafage ou clouage) du closoir à partir de l’extrémité du faîtage, dans le sens opposé aux vents de pluie dominants.
  • Le produit est ensuite déroulé, sans tension, sur la lisse de rehausse et fixé à l’avancement tous les 30 cm environ.
  • Décoller le film protégeant le butyle.Les bavettes sont ensuite mises en forme manuellement sur le dernier rang du matériau de couverture, en partant du sommet de l’onde vers le courant si le matériau de couverture est une tuile galbée, en veillant à assurer une bonne étanchéité.
  • Le recouvrement des rouleaux est de 5cm minimum.
  • Les closoirs sont ensuite recouverts par des faîtières, compatibles avec le matériau de couverture utilisé en plain carré, qui seront fixées mécaniquement dans la lisse de rehausse.
  • Cette fixation mécanique, résistante à la corrosion, est assurée, selon le type de faîtière, au moyen de crochets spéciaux cloués ou vissés (clip/panneton) ou par vissage avec un complément d’étanchéité sous la tête de vis.


 

closoir faitage déroulé

 

closoir faitage recouvrement

 

 

Pose des closoirs en arêtier


  • Elle est réalisée avant celle du faîtage de manière identique, mais du bas vers le haut. 
  • A la rencontre des lignes de faîtage et d’arêtier, le closoir de faîtage recouvrira le ou les closoir(s) d’arêtier. 
  • Tous les tranchis de la ligne d’arêtier seront fixés préalablement à la pose des closoirs. Le butyle des bavettes n’ayant pas vocation à assurer le maintien des tranchis.

closoir arêtier

 

Bon à savoir

 

Si vous souhaitez stocker le closoir ou que vous ne le posez pas dans les jours suivant son achat, quelques contraintes sont à respecter pour garantir la conservation de toutes ses propriétés.

Vous pouvez stocker le closoir en rouleau pendant un an maximum en le laissant dans son carton d’origine. Il doit être stocké dans un local à l’abri des intempéries et ne dépassant pas 30°. En effet, la chaleur peut rendre le film de protection du butyle difficile à décoller.

 

 

La ventilation en partie basse

 

Pour protéger et ventiler votre toiture en partie basse, vous pouvez utiliser une latte de ventilation avec ou sans peigne intégré (en fonction qu’on soit en présence d’une tuile à pureau plat ou d’une tuile galbée). Celle-ci remplace la latte de doublis qui soutient le 1er rang de tuile à l’égout. Par ce biais, la ventilation basse est optimisée sur la largeur de la toiture et la pose de tuile de chatière devient inutile.

Le closoir peigne est la solution la plus simple et efficace pour garantir une arrivée d’air optimale tout en évitant l’intrusion d’indésirables.

Le closoir peigne se fixe directement sur la planche ou le liteau à l’aide de vis. Les dents du cloisoir doivent toujours être de 1 cm plus hautes que l’intérieur du galbe de tuile et seront toujours tournées vers l’aval.

closoir peigne