Depuis plusieurs années maintenant, le poêle à bois revient à la mode. Il séduit chaque année 500 000 français. Véritable objet design pour votre logement, le poêle à bois dispose également d’atouts écologiques et économiques.

En effet, la hausse du prix des combustibles, les aides aux énergies renouvelables et l’amélioration des performances des appareils de chauffage au bois contribuent à l’essor du marché. Même si les poêles à granulés jouissent d’un succés justifié, les poêles à bois n’ont pas dit leur dernier mot !

 

 

Choisir son poêle à bois : conseils d’achat et d’utilisation

 

Bien choisir son poêle : les besoins

 

1. Pour un chauffage principal


Le poêle peut être utilisé comme mode de chauffage principal. Les poêles à granulés, connus pour leur grand confort d’utilisation, leur autonomie, les possibilités de programmation et leur alimentation automatique sont souvent privilégiés pour un chauffage principal.

Si l’on opte pour les buches, il faut mettre en place un poêle de masse (appelé parfois poêle à accumulation ou à inertie). Ce poêle marche à plein régime puis restitue lentement jusqu'à 24 heures la chaleur accumulée. Lourd et massif, c’est un choix qui se fait souvent à la construction ou dans des réhabilitations importantes, notamment car il doit être placé au centre du logement pour une diffusion optimale de la chaleur.

 

poêle à masse fonctionnement

 

2. Pour un chauffage d’appoint


En dehors des poêles de masse, il est difficile pour un poêle à buche de chauffer tout votre logement. Ils sont davantage utilisés en complément de chauffage ou pour remplacer un ancien appareil.

 

 

Les critères de choix, sur quoi s'informer ?

 

1. Le rendement du poêle

 

Le rendement c’est le rapport entre l’énergie restituée par un poêle et l’énergie qu’il consomme. Les poêles à bois avec un bon rendement sont ceux qui ne perdent que peu d’énergie entre la consommation et la production d’énergie. A noter que le rendement d’un poêle n’atteint jamais 100% car la combustion ne peut être complète. Un rendement de 85% est excellent par exemple.

Mieux vaut prendre un petit poêle que l’on fera tourner à plein régime qu’un grand que l’on sous-exploite. Un poêle qui tourne en sous-régime consomme plus de bois et perd en qualité de combustion.

 

rendement poêle à bois

 

2. La puissance du poêle

 

Il faut trouver le poêle adéquat en fonction du volume à chauffer. Comptez environ 0,1kW/m² pour un logement bien isolé. Par exemple, un poêle puissant de 11kW permet de chauffer efficacement 110 m².

A noter que plus l’espace est ouvert, plus le chauffage sera efficace. En effet, faites attention aux espaces qui contiennent de nombreuses portes ou murs épais. Ils entravent la circulation de l’air et donc du chauffage.

 

3. La taille du foyer du poêle

 

La taille du foyer détermine la taille des bûches que vous allez pouvoir utiliser dans votre poêle. Sachant que plus le bois est coupé court, plus il est cher, la taille de votre foyer influe vos dépenses en bois de chauffage.

La taille du foyer joue également un rôle dans l’autonomie du corps de chauffe qui varie de 5 à 12 heures. Mieux vaut un feu soutenu dans un petit foyer qu’un feu au ralenti dans un foyer de plus grande taille. En effet, un grand foyer qui ne tourne pas à fond génère des suies, pollue et encrasse les tuyaux.

 

4. Le type de diffusion de chaleur

 

Les poêles à bois ne diffusent pas la chaleur de la même façon :

- La diffusion par rayonnement produit un chauffage qui se transmet à des masses comme la paroi du poêle, les murs mais aussi le bâti qui vont ensuite restituer la chaleur dans les pièces.

- La diffusion par convection fonctionne par conduit. La chaleur produite par le poêle à bois est répartie dans les différentes pièces via des conduits. Ce type de diffusion semble plus efficace, car l’appareil est plus rapide est réactif.

 

5. Les matériaux du poêle


La majeure partie des poêles sont en fonte ou en acier. Il n'y a pas de différences notables entre les deux matériaux si ce n’est que la fonte, de par sa masse, conserve la chaleur plus longtemps qu’un poêle en acier.

 

choisir un poêle à bois

 

Pourquoi se chauffer au poêle à bois plutôt qu’à l’électricité ou au gaz ?

 

- Pour sa dimension écologique : le bois est un combustible renouvelable dont l’impact carbone est nul.

 

- Pour son aspect économique : se chauffer avec un poêle à bois permet de faire des économies de chauffage. En moyenne, un chauffage moderne au bois coûte entre 20 et 50 % moins cher qu’un système au gaz ou à l’électricité. Pour 1.750kWh d’énergies, vous devrez débourser en moyenne :

- 50 euros au bois

- 88 euros en électricité

- 105 euros en gaz

 

- Pour son coté bien-être : la vue du feu procure une ambiance agréable au sein de votre logis. Objets de décoration, certains modèles offrent même des possibilités de cuisson.

 

Bien utiliser son poêle à bois

 

Vous savez maintenant comment choisir votre poêle à bois. Mais comment bien l'utiliser ? Voici 3 précieux conseils pour faire fonctionner au mieux votre poêle à bois.

 

1. Bien choisir son bois

 

Il est primordial de bien choisir son bois s’il on veut obtenir un rendement optimal de son appareil de chauffage. Deux composantes sont à prendre en compte dans le choix de votre bois :

 

- La dureté du bois

Privilégier toujours du bois dur, celui du groupe 1. Le groupe 1 désigne les bois durs avec un pouvoir calorifique élevé avec une combustion lente. On peut citer le chêne, le frêne ou encore le bouleau.

Mieux vaut éviter les bois résineux qui, quand ils se consument, encrassent votre dispositif de chauffage.

 

- L’humidité du bois

Le taux d’humidité du bois est également important. Dans votre quête d’efficacité, il faudra privilégier les bois dont le taux d’humidité affiché est inférieur à 20%.

D’une manière générale, 2 ans de séchage sont nécessaires pour atteindre un bon taux d’humidité. Il convient donc d’acheter un bois qui a au préalable séché au minimum pendant 2 ans. Vous pouvez également acheter un bois plus humide et terminer vous-même la phase de séchage avant son utilisation.

Notre dossier complet sur le bois de chauffage.

 

bois sec poêle à bois

 

Retrouvez bûches et granulés pour votre poêle à bois sur Distriartisan en cliquant ici.

 

2. L’arrivée d’air de votre poêle

 

Que votre poêle soit à pellets ou à bois buche, l’arrivée d’air joue un rôle important dans ses performances. En effet, c’est l’approvisionnement en air frais de votre appareil qui permet une combustion optimale.

Lors d’un départ à froid, il faut ouvrir entièrement l’arrivée d’air primaire pour lancer le feu. Dés lors que la combustion est correcte, fermez l’arrivée d’air primaire pour ne conserver que l’air secondaire. Ceci permet d’éviter que votre poêle monte en température et que tout le poêle brule rapidement. Votre combustion va alors se stabiliser, vous pouvez ensuite réduire l’arrivée d’air secondaire.

 

Note : n’oubliez pas de renouveler l’air de votre maison afin d’éviter une trop forte concentration de polluants dans l’air et donc de garantir une qualité d’air suffisante pour votre poêle. Il faudra donc soit aérer chaque jour votre maison, soit installer une VMC.

 

arrivée d'air secondaire poêle à bois

3. Maitriser ses flambées


Nous sommes habitués aux cheminées et aux anciens poêles qui flambaient tout au long de la journée, notamment car ces appareils affichaient des rendements énergétiques de 30% maximum. Aujourd’hui, les dispositifs de chauffage au bois équipant nos foyers proposent des rendements allant de 70 à 90%. Vous comprendrez donc qu’il est inutile de nos jours d’utiliser toutes la journée son poêle.

Généralement, il suffit donc d’une flambée le matin et le soir pour chauffer environ 100 mètre carrés. 3 ou 4 buches par flambée suffisent. Il faudra également prendre en compte l’exposition de votre habitat par rapport au soleil pour ajuster vos besoins.

 

flambée poêle à bois